Le dattier du sultan de Zanzibar

Le sultan de Zanzibar est très fier de son dattier. C’est l’unique dattier de toute l’île. Mais chaque année, pendant la nuit qui précède la cueillette, tous les fruits disparaissent mystérieusement… et le sultan en perd la raison. Pour ramener la paix dans l’île et dans l’esprit fêlé de leur père, ses sept fils devront redoubler de patience et de ruse. Avec son humour cartoon et sa guitare gouailleuse, François Vincent nous embarque, encore une fois, dans une histoire aussi déjantée que musicale. Jubilatoire !

♥  COUP DE CŒUR CHARLES CROS

Effacer
Effacer
Effacer

Conteur et musicien, François Vincent revisite les contes et les mythes de tradition orale dans un langage contemporain et musical. Il mêle avec jubilation le parlé au chanté en jouant de la guitare, à la façon des talk’in blues. Au fil du temps et des spectacles, il a créé un style complètement original, jouant malicieusement du sens et du son.

J’aime la parole contée comme terrain de jeu musical. Je m’amuse à écrire des textes que je désire à la fois imagés, sonores et porteurs de sens. J’ai commencé par raconter cette histoire en solo puis, au fur et à mesure que naissait le projet de disque, je me suis mis à l’imaginer dans un environnement sonore que j’appellerais « reggae-dub oriental ». Manu Chehab, de son côté, avait déjà largement expérimenté le concept de dub oriental avec son propre groupe, Elek Traum. Notre rencontre a porté ses fruits et il a su donner au disque le son que j’avais en tête. François Vincent

Sources : Le dattier du sultan de Zanzibar est une libre adaptation d’un conte swahili collecté par Edward Steere en 1870. La version française, Les nuits de Zanzibar, traduite par Henri Tourneux, est parue aux éditions Karthala, collection Contes et légendes.

Une histoire aussi déjantée que musicale. Jubilatoire ! Tout se déroule de manière hilarante. Il faut entendre ce Sultan devenu maboule répéter la phrase que chacun des fils marmonne successivement après sa nuit de garde, la tête dans les babouches : « Ya pus d’dattes, papa ». La guitare sur fond de reggae joue sur elle-même, avec tous les modes de jeu qui permettent de porter le récit. Les percussions l’accompagnent astucieusement. Il y a surtout la musique de la voix, qui voyage entre confidence, remontrance, satisfaction, fausse hésitation, passion, et aussi parlé-rythmé, parlé-chanté, parlé-théâtralisé, et cent autres formes qui vont au-delà des catégories habituelles du discours et du chant. François Vincent réussit le difficile pari où tous les éléments s’imbriquent avec nécessité les uns dans les autres sans qu’aucun ne puisse être soupçonné d’être simplement le faire-valoir de l’autre.
Académie Charles Cros

Les sonorités orientales sont absolument délicieuses ! Décollage immédiat pour Zanzibar grâce à cette musique envoûtante qui se mêle parfaitement à la voix de François Vincent, superbe conteur. J’ai trouvé l’histoire de ce sultan qui se pâme d’amour pour son merveilleux dattier vraiment originale ! Elle est une libre adaptation d’un conte swahili et permet de découvrir un petit bout de cette culture merveilleuse. Je n’ai rien de plus à dire si ce n’est : écoutez-le ! Cet album est un véritable petit trésor.
La mare aux mots

C’est une vraie réussite ! Plongez délicieusement dans ce conte pittoresque, désopilant et loufoque, aux saveurs épicées, à partager en famille à partir de 6 ans !
Coup de cœur des bibliothèques de Toulouse

de François Vincent musique Manu Chehab, Aymeric Krol, François Vincent, Robert Arnold illustration Joan Negrescolor I collection Contes d’auteurs I format Livre audio 1CD, 140 x 125 mm I durée 53 mn I langue Français
Support CD 17 € I Téléchargement 7,99 €

Référence : ODL725 – EAN & ISBN 9782917333471

Vous aimerez peut-être aussi…

7,9917,00 TTC
7,9917,00 TTC