Platero y yo – Version française

Le compositeur italien Mario Castelnuovo-Tedesco a magistralement mis en musique pour narrateur et guitare 28 chapitres, les plus beaux et significatifs, de Platero y yo , l’un des livres les plus lus en Espagne et en Amérique latine. Son auteur, Juan Ramón Jiménez (1881-1958, prix Nobel de Littérature en 1956) s’y met en scène avec son compagnon, l’âne Platero, dans son petit village andalou de Moguer. Tous deux regardent les êtres et les choses, nous offrant une vision du monde à la fois réaliste et idéalisée, exprimée dans une langue riche des mille couleurs du paysage andalou. En nous faisant découvrir la beauté et l’émotion qui se cachent derrière les plus simples instants de la vie, Platero y yo atteint une dimension universelle et nous apporte une rafraîchissante leçon d’optimisme. Clément Riot et Miguel Ángel Romero nous offrent une interprétation subtile qui rend la communion entre musique et poésie, nette, brillante, presque évidente.

Effacer
Effacer
Effacer

Platero y yo, représente pour les Espagnols ce que Le Petit Prince sont pour les français : une œuvre touchant au mythe.

Le disque : Écrit en 1914, «Platero et moi : élégie andalouse», est le plus célèbre des récits en prose du poète espagnol Juan Ramón Jiménez.
Son lyrisme, paradoxalement produit par un langage à la fois sobre, concis mais aussi elliptique, ouvre à un monde intérieur d’une grande richesse.

Compositeur de tendance impressionniste et néoromantique très prolifique (Platero y yo est son opus 190), Castelnuovo-Tedesco commença à composer très jeune et devint extrêmement célèbre en Italie entre les deux guerres puis s’exila aux États-Unis en 1939 à la suite de la politique antisémite de Mussolini.
Sa musique, éloquente, est souvent conçue comme un poème symphonique en miniature, avec une harmonie élégante et somptueuse qui lui donne une grande puissance poétique.

Juan Ramón Jiménez (1881 – 1958) – De dix-huit ans l’aîné de Lorca et de six ans le cadet de son ami Machado, Juan Ramon Jimenez est né en décembre 1881 à Moguer, petite ville andalouse de la province de Huelva. Dès les premières années du XXème siècle, Jimenez déploie une activité créatrice intense qui ne tarde pas à faire de lui l’un des écrivains les plus en vue de la capitale espagnole.
En 1916, il se marie à New York avec Zenobia et revient à Madrid. Son œuvre arrive à maturité : de l’idéal romantique, d’une certaine outrance égotiste et décadente elle s’élève peu à peu vers l’espace plus aéré de la “poesia desnuda”. Moins radicalement engagé que Lorca, rêvant d’une troisième force, Jimenez s’exile néanmoins en 1936. Les États-Unis, Cuba, Porto-Rico enfin. En 1956, deux ans avant sa mort, il reçoit la consécration du prix Nobel.

Clément Riot, conteur et compositeur acousmatique. Il s’intéresse particulièrement aux relations narration/musique. Il conte seul ou en duo avec musiciens dans une fusion de récits de traditions orales et de musiques écrites ou improvisées. En 2003 il crée, avec le compositeur Bruno Giner, pour les festivals. Aujourd’hui musique et Syntax La Chambre aux images, pour conteur, flûtes à bec, viole de gambe et petites percussions.

En 2005 le programme d’œuvres originales pour récitant et orgue écrites pour le duo J-P Baston – C. Riot est primé par la Fondation Marcelle et Robert Lacour et repris dans divers festivals.

Miguel Ángel Romero, compositeur et guitariste mexicain. Il a été professeur et concertiste au Mexique et aux États-Unis. Il a étudié à L’université de Guadalajara sous la direction de José Argot et s’est perfectionné à la Southern Methodist University à Dallas, avec Robert Guthrie. En Europe, il enseigne en Espagne et continue ses études, d’abord au conservatoire supérieur de Séville, puis en France, au CNR de Perpignan dans la classe de J-Fr Ortiz, où il obtient le diplôme d’État et où il enseigne actuellement. En 2006, il a obtenu le prix de la SACEM des jeunes compositeurs. Plusieurs de ses compositions ont été primées.

La poésie est au rendez-vous dans cet album idéaliste et enchanteur qui met en scène le poète Juan Ramón Jiménez (1881-1958) et Platero, figure mythique de l’âne compagnon au pays andalou. On est projeté hors du temps, au fil des saisons, dans un univers où les animaux et la nature sont humanisés avec chaleur et tendresse dans le cadre d’un village espagnol. Interprété avec force expression par Clément Riot, et soutenu par le jeu délicat et sensible du guitariste Miguel-Ángel Romero. La musique souligne le texte, le renforce ou le complète, sans redondance ni exagération, apportant sa touche parfois discrète mais indispensable. Une bouffée d’air frais dans ce monde où la poésie est si souvent absente !
Gérard Moindrot – L’éducation musicale

La voix de Clément Riot, subtile dans sa diction et habilement secondée par la guitare de Miguel-Angel Romero, est en parfaite harmonie avec l’esprit de l’œuvre et concourt à faire de ce Platero y yo une très belle réalisation.
François Nicolas – Guitare classique

Ce n’est pas seulement l’histoire de l’animal, mais aussi un hommage à la terre d’Andalousie, d’où est issu l’auteur. Les mots sont doux, tendres, poétiques, très bien traduits par Clément Riot qui est aussi le narrateur. Le conte est accompagné par la musique originale de Castelnuovo Tedesco, dont la douceur et la poésie font corps avec le texte d’une façon extrêmement raffinée.
Adem

de Clément Riot musique Mario Castelnuovo Tedesco illustration Godeleine de Rosamel I collection À la marge I format Livre audio 2CD, 140 x 125 mm I durée 123 mn I langue Français
Support CD 21 € I Téléchargement 9,99 €

Référence : ODL665-66 – EAN & ISBN 9782917333044

Vous aimerez peut-être aussi…